Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis Je ?

  • : FREE RIDERS DU 06
  • : Infos culture Nice Cote d'Azur , balades et voyages en moto pour visiter un lieu, une région, un pays. Visite touristique de la Cote d'Azur et de la Riviera, des Alpes Maritimes, de l'Italie, des USA, du Maroc en Harley Davidson, de l'Asie.
  • Contact

NEWS & PROGRAMME

VOUS VOULEZ
PARLEZ
AU WEBMASTER

riderfree@orange.fr
 
biker06 est support
de la LRLN

51181562 p
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 23:45

  photos-aout2011 7232

Sur la cote d’Azur, les communautés francophones de l’outre mer sont assez nombreuses, et il est relativement facile de trouver un établissement qui proposera les spécialités et l’ambiance de leur région respective. Réunionnais, Antillais sont les plus nombreux. Mais, la communauté polynésienne sur la riviera n’est pas en reste. L’année dernière avec le jumelage de Nice et Papeete, on a pu voir comment celle-ci était importante et surtout très apprécié du peuple niçois. C’est donc avec beaucoup de plaisir, que je me rends à une soirée tahitienne avec mes amis, dans les gorges du loup ou se trouve une auberge tenu par des restaurateurs de Tahiti.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR CONTINUER LA SOIREE

 

commentaires

C


wouah tu étais la star d'un soir


quelle soirée inoubliable  pour toi !!!!


Bisous



Répondre
J


t'as pas fait un tit film des danseuses???? T'es parti danser au lieu de filmer!!! Avoue!!!!!!


Bises



Répondre
K


Et bien bon anniversaire. Superbe cadeau que tu as reçu



Répondre
A


Que de choses sympas pour ton anniversaire ! Vraiment de quoi passer d'agréables moments ! J'aurais aimé te voir plus en train de danser. Bises Pat et à +



Répondre
N


C'est une belle fête et tu ne t,ennuies pas je pense...


Bonne soirée pat et à bientôt.



Répondre
L


Super ! Bises. Dani



Répondre
D


J'ai hâte de voir le prochain article hihihihihi






Répondre
:


Bon mardi.
Bisoux




Répondre
C





bisous


christelle



Répondre
F


Belle fête!!!



Répondre
.


je te souhaite une très belle fin de journée


ti bo


 


PS / en Martinique , nous avons 2 saisons le Carême et l'hivernage


j'aime bien rêver par moment (rires) bientôt l'hiver dur dur pour mes photos (mdr)


 


.•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•. 



Répondre
L


passe une belle semaine






Répondre
¤


La guerre des bisous a commencé, tu es touché(e) !!!!!!A ton tour de toucher tes ami(e)s !Renvoie le moi si tu m'en fais un aussi !Tout ce
que tu dois faire pour continuer cette guerre c'est transmettre ces bisous à un max de personnes//
 



Répondre
B


je ne savais pas que c'était ton anniversaire PAT , alors , d'énormes bisous pour ce jour


u cheveu blanc de plus ?


je suis très en retard dans mes coms


avec ce fichu malaise , 2 jours dans les choux et suis pas encore bien bien !


bisous


bernadette



Répondre
E


Bonjour Biker, je te souhaite avec plaisir mais en retard une année exceptionnelle en plus et encore beaucoup d'autres !
bisous







Répondre
T


bonne semaine Pat


encore du soleil!!! profite


amitié   didier



Répondre
J


sympa !


très bonne journée



Répondre
L


j adore danser le tamouré..lol en plus c est vrai !bisous



Répondre
S


Insoutenable en effet ! j'avais vu ce four génial sur Silence ça pousse !!! qui est actuellement dans les Iles et fait des cours de colliers de fleurs si tu veux !  une soirée inoubliable,
l'amitié et l'amour t'entourent  !!! bisous, bon lundi , ordinaire, bof !



Répondre
*


Coucou Pat ...


Sympa ton anniv  ... et  le resto ... (heeeuuuu rassure-moi, tu as mangé un peu ? ... tu as fait autre chose que de matter la jolie Tahitienne qu'on voit sur
presque chaque photo ???  lol !)


 


Bisousss Pat ... bonne journée (et pour ton prochain article, j'espère que tu penseras un peu à nous ... les nanas !!!  )


 


Viviane.


 



Répondre
T


salut


elles sont belles les danseuses


bonne journée



Répondre
M


Une bien belle soirée et avec un peu de retard bonne anniversaire Pat. A bientôt.



Répondre
M


"


bonjour patrick  j'espere que tu a passe un bon week-end   pour moi baignade en mer   merci pour ta fidélité   et pour tes articles photos et texte le
temps et plus beau que juillet  alors on en profite hihiii !!!!!  je te souhaite un bon et beau debut de semaine a bientôt amities michel003



Répondre
:


Bon début de semaine.
Bisoux






Répondre
C


bonjour ami pat.Les USA plaisent à beaucoup de gens.On a un ami blogueur qui en revient.Il a été enchanté.Bon lundi à toi et amitiés de Picardie



Répondre
A


Salut PAT !!


             Bon Anniversaire avec un peu de retard , j'etais a la finale du Championnat du MONDE
d'Enduro ce week-end , pas le temps d'aller sur le net!


 


                Bonne Soirée , Bisous a SOSO


 


                 ALAIN http://hva430.over-blog.com/



Répondre
M





Evidemment, ici, c'est pas la même ambiance ...


Amitiés


Bernard



Répondre
A


Très belle soirée,bien dans le ton  de la Polynésie,alors,Pat,avec du retard:


BON ANNIVERSAIRE ET MES PLUS SINCERES VOEUX


Mille BISES.Aimée



Répondre
M


une super soirée que tu as passé là , bonne soirée biker



Répondre
H


whaou quelle ambiance, quelle soirée  et quelle belle surprise pour ton anni..on se croirait dans les îles !!!..tu  es gâté dis donc,  plein de jolies filles pour toi  mais
heureusemeent sosso t'as à l'oeil ..


 


gros bisous à tous les deux et bonne soirée



Répondre
@


Bonsoir Pat


Avec le temps magnifique qu'il fait en ce moment chez nous je bouge beaucoup et je profite du soleil avant que celui ci ne disparaisse et que la fraîcheur n'arrive.


Je te souhaite une belle soirée


Bien cordialement


@lain



Répondre
M


coucou pat...


sympa cette année ton anniversaire...en plus le repas ça m'a l'air délicieux!


bisous  yvette



Répondre
L


vous avez du beaucoup vous amuser


 


bon we






Répondre
R


Une super fête pour ton anniversaire! Bon anniversaire au passage. 


Bisous!


Sandra.


 



Répondre
L





et pour célébrer ce début d'octobre avec le soleil un long poème ...





Alfred de MUSSET
  (1810-1857)



La nuit d'octobre


LE POÈTE

Le mal dont j'ai souffert s'est enfui comme un rêve.
Je n'en puis comparer le lointain souvenir
Qu'à ces brouillards légers que l'aurore soulève,
Et qu'avec la rosée on voit s'évanouir.

LA MUSE

Qu'aviez-vous donc, ô mon poète !
Et quelle est la peine secrète
Qui de moi vous a séparé ?
Hélas ! je m'en ressens encore.
Quel est donc ce mal que j'ignore
Et dont j'ai si longtemps pleuré ?

LE POÈTE

C'était un mal vulgaire et bien connu des hommes ;
Mais, lorsque nous avons quelque ennui dans le coeur,
Nous nous imaginons, pauvres fous que nous sommes,
Que personne avant nous n'a senti la douleur.

LA MUSE

Il n'est de vulgaire chagrin
Que celui d'une âme vulgaire.
Ami, que ce triste mystère
S'échappe aujourd'hui de ton sein.
Crois-moi, parle avec confiance ;
Le sévère dieu du silence
Est un des frères de la Mort ;
En se plaignant on se console,
Et quelquefois une parole
Nous a délivrés d'un remord.

LE POÈTE

S'il fallait maintenant parler de ma souffrance,
Je ne sais trop quel nom elle devrait porter,
Si c'est amour, folie, orgueil, expérience,
Ni si personne au monde en pourrait profiter.
Je veux bien toutefois t'en raconter l'histoire,
Puisque nous voilà seuls, assis près du foyer.
Prends cette lyre, approche, et laisse ma mémoire
Au son de tes accords doucement s'éveiller.

LA MUSE

Avant de me dire ta peine,
Ô poète ! en es-tu guéri ?
Songe qu'il t'en faut aujourd'hui
Parler sans amour et sans haine.
S'il te souvient que j'ai reçu
Le doux nom de consolatrice,
Ne fais pas de moi la complice
Des passions qui t'ont perdu,

LE POÈTE

Je suis si bien guéri de cette maladie,
Que j'en doute parfois lorsque j'y veux songer ;
Et quand je pense aux lieux où j'ai risqué ma vie,
J'y crois voir à ma place un visage étranger.
Muse, sois donc sans crainte ; au souffle qui t'inspire
Nous pouvons sans péril tous deux nous confier.
Il est doux de pleurer, il est doux de sourire
Au souvenir des maux qu'on pourrait oublier.

LA MUSE

Comme une mère vigilante
Au berceau d'un fils bien-aimé,
Ainsi je me penche tremblante
Sur ce coeur qui m'était fermé.
Parle, ami, - ma lyre attentive
D'une note faible et plaintive
Suit déjà l'accent de ta voix,
Et dans un rayon de lumière,
Comme une vision légère,
Passent les ombres d'autrefois.

LE POÈTE

Jours de travail ! seuls jours où j'ai vécu !
Ô trois fois chère solitude !
Dieu soit loué, j'y suis donc revenu,
À ce vieux cabinet d'étude !
Pauvre réduit, murs tant de fois déserts,
Fauteuils poudreux, lampe fidèle,
Ô mon palais, mon petit univers,
Et toi, Muse, ô jeune immortelle,
Dieu soit loué, nous allons donc chanter !
Oui, je veux vous ouvrir mon âme,
Vous saurez tout, et je vais vous conter
Le mal que peut faire une femme ;
Car c'en est une, ô mes pauvres amis
(Hélas ! vous le saviez peut-être),
C'est une femme à qui je fus soumis,
Comme le serf l'est à son maître.
Joug détesté ! c'est par là que mon coeur
Perdit sa force et sa jeunesse ; -
Et cependant, auprès de ma maîtresse,
J'avais entrevu le bonheur.
Près du ruisseau, quand nous marchions ensemble,
Le soir, sur le sable argentin,
Quand devant nous le blanc spectre du tremble
De loin nous montrait le chemin ;
Je vois encore, aux rayons de la lune,
Ce beau corps plier dans mes bras...
N'en parlons plus... - je ne prévoyais pas
Où me conduirait la Fortune.
Sans doute alors la colère des dieux
Avait besoin d'une victime ;
Car elle m'a puni comme d'un crime
D'avoir essayé d'être heureux.

LA MUSE

L'image d'un doux souvenir
Vient de s'offrir à ta pensée.
Sur la trace qu'il a laissée
Pourquoi crains-tu de revenir ?
Est-ce faire un récit fidèle
Que de renier ses beaux jours ?
Si ta fortune fut cruelle,
Jeune homme, fais du moins comme elle,
Souris à tes premiers amours.

LE POÈTE

Non, - c'est à mes malheurs que je prétends sourire.
Muse, je te l'ai dit : je veux, sans passion,
Te conter mes ennuis, mes rêves, mon délire,
Et t'en dire le temps, l'heure et l'occasion.
C'était, il m'en souvient, par une nuit d'automne,
Triste et froide, à peu près semblable à celle-ci ;
Le murmure du vent, de son bruit monotone,
Dans mon cerveau lassé berçait mon noir souci.
J'étais à la fenêtre, attendant ma maîtresse ;
Et, tout en écoutant dans cette obscurité,
Je me sentais dans l'âme une telle détresse
Qu'il me vint le soupçon d'une infidélité.
La rue où je logeais était sombre et déserte ;
Quelques ombres passaient, un falot à la main ;
Quand la bise sifflait dans la porte entr'ouverte,
On entendait de loin comme un soupir humain.
Je ne sais, à vrai dire, à quel fâcheux présage
Mon esprit inquiet alors s'abandonna.
Je rappelais en vain un reste de courage,
Et me sentis frémir lorsque l'heure sonna.
Elle ne venait pas. Seul, la tête baissée,
Je regardai longtemps les murs et le chemin, -
Et je ne t'ai pas dit quelle ardeur insensée
Cette inconstante femme allumait en mon sein ;
Je n'aimais qu'elle au monde, et vivre un jour sans elle
Me semblait un destin plus affreux que la mort.
Je me souviens pourtant qu'en cette nuit cruelle
Pour briser mon lien je fis un long effort.
Je la nommai cent fois perfide et déloyale,
Je comptai tous les maux qu'elle m'avait causés.
Hélas ! au souvenir de sa beauté fatale,
Quels maux et quels chagrins n'étaient pas apaisés !
Le jour parut enfin. - Las d'une vaine attente,
Sur le bord du balcon je m'étais assoupi ;
Je rouvris la paupière à l'aurore naissante,
Et je laissai flotter mon regard ébloui.
Tout à coup, au détour de l'étroite ruelle,
J'entends sur le gravier marcher à petit bruit...
Grand Dieu ! préservez-moi ! je l'aperçois, c'est elle ;
Elle entre. - D'où viens-tu ? Qu'as-tu fait cette nuit ?
Réponds, que me veux-tu ? qui t'amène à cette heure ?
Ce beau corps, jusqu'au jour, où s'est-il étendu ?
Tandis qu'à ce balcon, seul, je veille et je pleure,
En quel lieu, dans quel lit, à qui souriais-tu ?
Perfide ! audacieuse ! est-il encor possible
Que tu viennes offrir ta bouche à mes baisers ?
Que demandes-tu donc ? par quelle soif horrible
Oses-tu m'attirer dans tes bras épuisés ?
Va-t'en, retire-toi, spectre de ma maîtresse !
Rentre dans ton tombeau, si tu t'en es levé ;
Laisse-moi pour toujours oublier ma jeunesse,
Et, quand je pense à toi, croire que j'ai rêvé !

LA MUSE

Apaise-toi, je t'en conjure ;
Tes paroles m'ont fait frémir.
Ô mon bien-aimé ! ta blessure
Est encor prête à se rouvrir.
Hélas ! elle est donc bien profonde ?
Et les misères de ce monde
Sont si lentes à s'effacer !
Oublie, enfant, et de ton âme
Chasse le nom de cette femme,
Que je ne veux pas prononcer.

LE POÈTE

Honte à toi qui la première
M'as appris la trahison,
Et d'horreur et de colère
M'as fait perdre la raison !
Honte à toi, femme à l'oeil sombre,
Dont les funestes amours
Ont enseveli dans l'ombre
Mon printemps et mes beaux jours !
C'est ta voix, c'est ton sourire,
C'est ton regard corrupteur,
Qui m'ont appris à maudire
Jusqu'au semblant du bonheur ;
C'est ta jeuness





Répondre
D


bonjour


et bien je viens de regarder tes explications sur les photographie que tu as pris très belle comme dab ,j'aurais appris pleins de choses sur ces coutumes ,alors bon anniversaires cher Patrick tu
as rajeuni sans doute avec ce que je vois sur ton blog et très beau diaporama les jeunes femmes fortement belles ,vraiment vous avez passer une très belle soirée très original amitiés à ta
famille je vous embrasse tous les deux dan



Répondre
V


bon dimanche


 bises



Répondre
C


Joyeux anniversaire à  toi Pat ..désolée du retard


Bises



Répondre
L


un anniversaire comme cela pas prêt de l'oublier


je suppose  trop tard pour te le souhaiter mais je te le souhaite quand mêm bon anniversaire.


les photos des jeunes femmes superbes et là j'admire 


bises


lyly



Répondre
L


c'est marrant et tu t'es bien amusé aussi



Répondre
C


BON ANNIVERSSAIRE JOYEUX BLOGGEUR !tahitien occasionnel !je pense que vous appreciez la chance que vous avez !une jolie femme  des Amis des enfants petits et grands je suis presque jalouse !
hi hi !j'ai apprecié oh combien !les échos de cette soirée !pétrie de couleurs et de gaité qui éclatait de joie de vivre !bikers ne nous quittait pas !boire un tel coktail me serai fatal ! j'aime
beaucoup le p'tit punch mais je ne connais pas celui ci il est vrai que le mien est antillais Martibniquais et l'autre haitien !tous aiment le costaud qui donne des ailes !


 


mon ordi me joue des tours aussi !merci de m'avoir soutenu dans mes protestation s 


je reconnais n"être nulle en informatique et se colleter sans arrrrêt est penible ;


j'aimerai changer de blog mais je ne sais comment faire !bise colibri


 


 


 



Répondre
:


Bon dimanche.
Bisoux






Répondre
M


Magique Pat !! cette cuisson est vraiment impressionante j'imagine bien que les parfums restent intacts !! Quand au melange rhum blanc et citron vert , c'est mon homme qui aurait ete heureux .
voila un merveilleux anniversaire qui ne peut que laisser de bons souvenirs . bon dimanche a vous deux  bisous 



Répondre
.


je t'avoue que j'aurai aimé y être


les femmes sont ravissantes


et ce poisson fait envie


je te souhaite une très belle soirée


ti bo


 


.•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•.





 


 


 



Répondre
E


joyeux anniversaire mom petit pat






Répondre
M


eh bien, BON ANNIVERSAIRE Pat" !! -  tu es devenu "piqué au Tiaré" ? (fan de Polynésie ?)


tu n'avais pas vu ma vidéo récente sur  le ahi ma'a ? - je te mets le lien :


http://www.fameusefamille.com/article-four-tahitien-mythe-de-la-vahine-83253858.html


tu peux le copier dans ta barre d'adresses si le lien ne marche pas -


en tout cas c'est sympa d'avoir ce resto par chez vous !


Nana !



Répondre
N


quel anniversaire mon cher patrick...............


waouhhhhhhh quelle soirée et tu as même danser avec ses belles dames.... et puis


cette boisson qui te fait voir la dahiné en double , triple...


super bises nadette



Répondre
Z


une belle soirée, nous avons assisté aussi à une soirée tahitienne chez nous, c'est très convivial!!!


et bon anniversaire alors!!!


bises!


 



Répondre
L


Que ces filles sont belles et je comprend qu'en fin de soirée elle se dédoublent !!! je te croyais plus sérieux que cela mon ami Pat heureusement que soso est la pour ramener ce gai luron en foi
!!! gros bisous bonne soirée



Répondre
J


salut Pat , je connais ......c'est doux , c'est bon , cela se bois comme du petit lait.....et après je pouvais plus me lever de table.....mais ce soir là je n'ai pas conduit .


Pauvre Soso obligée de ne pas boire un tel délice......


Beaureportage


Bien amicalemnt a vous deux .


Jean



Répondre