Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis Je ?

  • : FREE RIDERS DU 06
  • FREE RIDERS DU 06
  • : Infos culture Nice Cote d'Azur , balades et voyages en moto pour visiter un lieu, une région, un pays. Visite touristique de la Cote d'Azur et de la Riviera, des Alpes Maritimes, de l'Italie, des USA, du Maroc en Harley Davidson, de l'Asie.
  • Contact

NEWS & PROGRAMME

VOUS VOULEZ
PARLEZ
AU WEBMASTER

riderfree@orange.fr

 

biker06 est support
de la LRLN

51181562 p

28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 15:23

 A la suite du sujet de Freeway du mois de janvier 2007 sur la bande dessinée de kiwi et des anges de l'enfer, cela me donna l'idée de faire un article sur les albums de mon enfance.

Car en plus de me souvenir de toutes ces revues que j'achetais immanquablement chaque mois ou chaque semaine, j'en possède encore une collection importante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pif le chien editera 2 revues: l'une sera Pif Poche et l'autre sera Pif gadget qui comprendra un petit jouet qui sera la plupart du temps  une farce et attrape ou un petit objet de presdigitation.

 

Puis viendra la periode des Albums de Spirou,du journal de Tintin, de Pilote et de la collection des Asterix

                                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin ! celle un peu plus spectaculaire:

 

BLEK LE ROC

  

 

1774. La Grande Bretagne considère l'ensemble du continent nord-américain comme sa propriété et y exerce une mainmise commerciale et militaire. Les colons, oppressés, s'apprêtent à déclarer la guerre de l'Indépendance aux anglais, aidés en cela par la France.

BLEK, un trappeur de grande taille entame une lutte sans repos. Ses fidèles compagnons sont RODDY (fils adoptif) et le génial professeur et prestidigitateur OCCULTIS (apparition au n° 3).
Incarnant un idéal de Liberté, fidèle en amitié, cet homme d'honneur ne peut que séduire les jeunes lecteurs épris d'aventure.

Nous sommes en 1774. La Grande Bretagne considère l'ensemble du continent nord-américain comme étant sa propriété et y exerce une dictature commerciale et militaire. Les tuniques rouges sont partout et mettent le pays à feu et à sang. La résistance s'organise et les colons, oppressés, s'apprêtent à déclarer la guerre d'Indépendance aux anglais, aidés en cela par la France. Blek le Roc, un trappeur géant et athlétique entame alors une lutte sans repos. Bien entendu, la population et les Indiens sont de son côté. Incarnant un idéal de liberté, fidèle en amitié, cet homme d'honneur ne pouvait que séduire les jeunes lecteurs épris d'aventure. Dans un des épisodes, Blek, trahi par un homme qu'il vient de sauver de la noyade, est fait prisonnier par les tuniques rouges. Sauvé par Occultis grâce à un mystérieux breuvage qui le fait passer pour mort, le héros se réveille (à la surprise générale) sur le corbillard et se sauve. L'occasion pour le grand Blek de partir se venger contre ses bourreaux avec l'aide de ses trappeurs...

ZEMBLA AKIM RAHAN

On rentre dans l'ere des Comix edité par la collection Elvifrance.

  

ZEMBLA : Héros de Bd et nom d'une revue qui a fait son apparition en 1963.
Au sommaire de Zembla, on retrouve une bande titre mettant en scène un digne héritier de Tarzan. Zembla, un personnage athlétique passe le plus clair des épisodes à combattre d'infâmes trafiquants. De temps en temps, ce redresseur de torts quitte malgré tout sa jungle et rejoint la civilisation.
Après avoir connu son heure de gloire dans les années 60, le fascicule entame un lent déclin qui l'amène  à disparaître dans la plus complète indifférence en 1994.

 

AKIM: est sans doute l'un des personnages de petits formats les plus connus, voire LE plus connu. D'ailleurs quand on évoque à quelqu'un ce genre de bande dessinée, on lui dit : "Tu sais les petites BD comme Akim ou Zembla" et en général l'interlocuteur comprend de quoi il s'agit. D'accord, il est persuadé qu'elles ont disparu avec sa propre enfance, mais c'est anecdotique. Akim détient aussi le record absolu du nombre de numéro pour une même revue avec 756 ! Un exploit permis par 30 ans de bi mensualité
Akim est un des nombreux "clones" de Tarzan, mais il se distingue par son étonnante longévité ainsi que par l'imagination débridée de son scénariste (Renzi) empruntant parfois à l'iconographie de films à succès tels que "Star Wars". Si dans les premiers épisodes, Pedrazza se révèle assez maladroit dans le dessin, son style va s'affiner pour acquérir une souplesse qui sera un peu sa marque de fabrique. Bien sûr, il n'égala jamais les plus grands artistes du 9ème art, mais il faut quand même reconnaître qu'il devait sortir 50 pages tous les quinze jours, ce qui ne laisse pas trop de temps pour le fignolage.

Akim : (alias Jim Rank) est le fils du consul (et comte) britannique (Frederick Rank) de Calcutta. Toute la famille rentre en Europe quand leur bateau fait naufrage. La mère et son fils échouent sur une plage africaine. Peu de temps après, elle est dévorée par une panthère. Jim est adopté par un gorille qui le soigne et le nourrit. Il apprend le langage des animaux et devient leur "roi". Il épouse Rita et adopte, à son tour, Jim qui devient comme leur fils. Il est entouré d'une "cour" d'animaux fidèles : Zig la guenon, Kar le gorille, Baroi l'éléphant, Rag le lion.

RAHAN: Nous sommes au moment de la préhistoire. Un bébé est recueilli par Craô le sage et sa tribu installée sur les flancs du Mont Bleu. L’enfant dont on lui donne le nom de Rahan et connaît auprès d’eux une enfance paisible.

 

 

VAMPIRELLA CREEPY EERIE MONSTER

Elvifrance edita au debut des annees 70 plusieurs magasines mi bandes dessinees mi magasines cinema. ceux ci dans leurs premieres partie etaient un feuilletons de dessins et d'histoires fantastiques et dans la seconde parties , des reportages illustrés sur le cinema d'epouvante. Vapirella et le vampirisme, Creepy pour le demoniaque et Eerie pour la Science fiction.Monster sera edité seulement en anglais.

La jolie Vampirella (dessinées magnifiquement par Tom Sutton puis José Gonzales, et moins magnifiquement par Tom Sniegoski) venue de la planète Draculon a trouvé le jour aux States avant d’avoir son propre magazine en France.
On y trouvait notamment des signatures prestigieuses comme
Neal Adams, Reed Crandall, Billy Graham ou Richard Corben... Vampirella avait l’originalité de pouvoir vivre le jour car elle n’était point une morte vivante comme Dracula qui est son ennemi dans les épisodes.

 

 

ZARA  MAGHELA  ISABELLA LUCIFERA

Cette partie des comix est pour ainsi dire la BD pour adultes.

Et c'est toujours Elvifrance qui à l'époque éditera au tout début des années 70 cette série de bandes dessinées pour adultes qui ravira surtout les adolescents de 15/16 ans

avec des illustrations trés erotique pour l'epoque qui echappe completement à la censure.

ZARA: Fille d'un scientifique du XIX siècle, ZARA: Pabst est un jour possédée par la pseudo-dépouille du comte Dracula que son père a ramené de Transylvanie. Dès lors Zara est la servante de Dracula.Accompagné d'une autre vampire du nom de Frau Murder, Zara parcours le monde pour assouvir sa soif de sexe et de sang.  

 

 

 

 

Dracula lui laisse cependant tout loisir d’assouvir sa luxure et sa soif de sang. Elle voyage dans le temps pour vivre ses aventures. Zara la vampire était l’une des séries phares d’Elvifrance, et mêlait horreur et érotisme, voire pornographie. A noter que son physique était en partie inspiré par Catherine Deneuve, ce qui est surtout visible sur les couvertures. Dans le dernier épisode de la série italienne, Zara se noie, mais la popularité du personnage incita Elvifrance à modifier la dernière page dans l’édition française pour publier quelques épisodes supplémentaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE MAITRE INCONTESTE DE LA PLANCHE A DESSIN RESTERA TOUJOURS:

 BORIS VALLEJO

MAGHELLA: voit le jour un mois de novembre de l’année 1974, cette héroïne du pays de Rabelais.

 

 

« Une vierge ne fait pas le printemps » a pour titre la première aventure, très annonciateur du type d’histoire que l’on va nous conter.

 

 

Née dans le sillage d’autres productions Elvifrance, Lucifera, Lucrèce, Isabella, Vampirella, Eerie, Creepy, Monster.

 

 

Le fil conducteur, probablement sa propension à se deshabiller, moins terrifiant que les autres collections Maghella traversera les années 70, bravant toutes les censures.

 

 

Maghella se veut plus paillard et gaulois avec plein d’humour et de roublardise.

 

 

ISABELLA: a cinq ans lorsque le baron Von Nutter massacre tous les membres de sa famille et occupe leur château. Isabelle est sauvée par le domestique Melicour et élevée dans une tribu de bohémiens.

 

 

A dix-huit ans on découvre la vraie identité d'Isabelle qui est confiée alors à sa tante Marguerite.

 

 

Le baron Von Nutter apprend l'existence de la rescapée et essaye par tous les moyens de l'éliminer.

 

 

Isabelle déguisée en bohémienne, parvient à pénétrer dans le château de l'usurpateur qui tombe amoureux d'elle et la garde pour une nuit. A un moment donné, Isabelle sort un poignard et blesse le baron au nez et à l'œil.

 

 

Capturée, elle est condamnée à mort par le baron, mais, de la prison où elle se trouve elle est libérée par le jeune Curd qui est attiré aussi par la promesse d'avoir une part du trésor des De Frissac.

 

 

Pendant leur fuite, les deux jeunes gens sont rejoints par Diego et Gilbert de Villacourt qui libérent Isabelle et retiennent prisonnier Curd.

 

 

Von Nutter, à son tour, arrive à emprisonner Diego et arrive grâce à celui-ci jusqu'au couvent abandonné dans lequel sont cachés Isabelle et Curd.

 

 

Là, dans un violent duel, Isabelle réussit à blesser le baron et à le livrer à la justice après lui avoir fait avouer tous ses crimes.

 

 

 

REGARDEZ SUR L'ALBUM PHOTOS TOUTES LES COUVERTURES DE L'EPOQUE ET QUELQUES DESSINS.

Le matin de l'exécution, lorsque la lame tranche la tête de la victime, l'horrible masque de cuir du baron roule sur le sol avec la tête de Curd. Comme un brave frère il s'est immolé pour expier son unique faute : celle d'aimer Isabelle, permettant ainsi à l'impitoyable Von Nutter de fuir afin de tramer de nouveaux pièges contre la " Duchesse du Diable ". Et la série continue ….

Bien sur ! on pourrait citer des tas de titres de bandes dessinées , mais c'est pour ainsi dire mes préférés. 

Zara la vampire, est une série de bande dessinée italienne, publiée en Italie de 1972 à 1985 et en France de 1975 à 1987. Zara (ou Zora en version originale) est une jeune aristocrate du XIXème siècle, Fille d'un scientifique du XIX siècle, Zara Pabst est un jour possédée par la pseudo-dépouille Du comte Dracula que son père a ramené de Transylvanie. Dès lors Zara est la servante de Dracula.

Mais, venant d’une planète ou ses congénères s’abreuvaient à une source qui les nourrissaient et qui était du sang.

 

 

Le jour ou la source se tari, Vampirella fut envoyé sur la planète terre pour ramener cet élixir de la vie.   

Des années plus tard, alors que Rahan a déjà grandi et deviens un vrai petit homme, la montagne entre en éruption et détruit le village. Craô sur le point de mourir lui remet son collier de griffes, et lui fait promettre d’en respecter la signification : le courage, la loyauté, la générosité, la ténacité et sagesse.

 

 

Seul survivant du cataclysme, Rahan part à la recherche d’autres hommes. Il obtient une force redoutable, et fait de son mieux pour mettre à exécution sa promesse faite à Craô.Il croise sur son chemin de nombreuses tribus et une formidable aventure. Pour trouver sa route, Rahan fait tourner son coutelas sur le sol, et suit la direction indiquée par la lame.

Si j'ai retrouvé l'ensemble de vampirella, Creepy ou Eerie ou bien d'Astérix, j'ai encore quelques albums comme : le journal de Tintin, Spirou et Pilotes.

 

 

Mais il me faudra chercher dans les vieilles malles qui se situent à la cave (à moins que ce soit le grenier) les autres bandes dessinées que sont : Zara, Maghella, Isabella, Blek le Roc, Akim, Zembla et autres Rahan et pif gadget.

 

 

Vous ne les connaissez pas tous ? Eh bien ! Je vais vous les détaillés une après l'autre.

COMMENCONS PAR LE DEBUT

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 09:10

La musique sous acide des Doors a marqué pour toujours l'histoire du rock, avec des textes à la fois sombres et controversés ainsi que des mélodies intenses, profondes et souvent proches d'une transe infinie. Mais c'est surtout la personnalité  du chanteur Jim Morrison, qui a donné au groupe cette dimension à la fois poétique, expérimentale, violente, et désespérément torturée.

Jim Morrison est né le 8 décembre 1943 à Melbourne, en Floride. Avec un père militaire, Jimmy déménage souvent et séjourne notamment à San Francisco où il baigne dans le milieu beatnik, (contre-culture américaine qui a influencé le mouvement hippie voire le punk) et découvre les grands poètes de la Beat Génération : Jack Kerouac (notamment son ouvrage phare, « Sur La Route »). Morrison est par ailleurs un féru de littérature comme de poésie et connaît par coeur « Une Saison en Enfer » de Rimbaud.

Mais Jimmy n'est pas seulement un grand lecteur de poèmes, il en écrit aussi beaucoup lui-même, jetant dans ses carnets une multitude de textes exprimant les contradictions très fortes qui forment sa personnalité. Dès l'enfance, Jimmy est un garçon provocateur, en opposition systématique avec l'autorité, ce qui ne s'arrange pas à l'adolescence où il peut faire preuve d'une élégance rare pour ensuite devenir l'instant d'après vulgaire, pervers et agressif. Cette dichotomie profonde (proche de la schizophrénie et doublement accentué pour les drogues et l'alcool) entre un Morrison cultivé et raffiné et un Morrison salace, obsédé sexuel  poursuivra le chanteur jusqu'à sa mort et sera en partie responsable de la chute des Doors en 1970, voire de la fin sordide de Jim tout en étant à l'origine du génie que l'on peut retrouver dans plusieurs chansons du groupe.

Après avoir débuté ses études universitaires en Floride, Jim s'en va sur la Côté Ouest qu'il affectionne particulièrement pour continuer des études de cinéma. Il s'inscrit à l'UCLA (Université de Los Angeles) et se fait remarquer avec un projet filmé de fin d'études choquant pour l'époque où Jim aborde ses thèmes chéris, la mort, le sexe, la violence, poussant toujours plus loin les limites de l'insupportable.  

C'est à cette époque en 1965, sur une plage de Vénice, Californie, que se décide le destin des Doors. Ray Manzarek, le futur clavier du groupe, qui est lui-aussi à l'UCLA connaît déjà Jim, et le trouve assis en plein trip sur cette plage, un de ses carnets à la main. Manzarek lui demande alors de lui lire certains de ses textes, et Jim se met à réciter « Moonlight Drive », un texte que l'on retrouvera dans l'un des albums des Doors, « Strange Days ». Manzarek est conquis, et propose au jeune-homme de fonder un groupe de rock avec lui.


Le groupe(Jim,Ray,Robbie& John) débute sur scène dans un pub, le London Fog où, après avoir réussi à dominer sa timidité, Morrison enflamme déjà les foules (les filles surtout) avec un jeu de scène complètement débridé. Après s'être rôdé quelques temps, les Doors réussissent à obtenir trois mois de concert dans le prestigieux Whisky A Go-Go sur le Sunset Boulevard.  C'est à cette époque que Morrison fait la connaissance de celle qui deviendra sa muse pour l'éternité, Pamela Courson.

Pour la composition de leur premier album, les Doors travaillent avec le producteur Paul Rothschild, qui, avec l'ingénieur du son Bruce Botnick, sera le seul à même de canaliser les délires et coups de folie de Jim qui transformera souvent les séances de studio en véritable enfer. En 1967 paraît le premier album des Doors, qui par le bouche à oreille, finit par faire un triomphe. Pendant ce temps, Jim Morrison devient un véritable sex-symbol. Courtisé par le célèbre Andy Warhol, le chanteur tout en cuir construit son personnage de « Roi Lézard » sexy et brûlant et devient très rapidement une véritable icône. En 1968, les Doors sortent un nouvel opus, « Strange Days » qui atteint les sommets de la créativité et du génie à la fois musical et poétique du groupe.

Mais à force d'enchaîner drogues et surtout l'alcool qui le rend à moitié dingue et le dote d'une perversité sans bornes, Jim se contrôle de moins en moins, et la qualité artistique s'en ressent, « Waiting for the Sun » et « Soft Parade » n'atteignant pas la beauté sombre et vénéneuse des deux albums précédents. La catastrophe survient lors d'un concert à Miami en 1969 où Morrison est accusé de dévoiler ses parties intimes. Le groupe est alors porté au pilori, traîné dans la boue, et Morrison se retrouve en procès.

Bouffi par l'alcool, désabusé par un univers rock dans lequel il ne se reconnaît pas, lui dont le rêve suprême est d'être avant tout poète (il publiera d'ailleurs ses poèmes dans un recueil, « Seigneurs et nouvelles créatures »  Morrison change de peau et troque le Roi Lézard contre un nouveau personnage de « biker » (motard) gras et barbu. Malgré le déclin de leur succès comme de leur chanteur, les Doors reviennent avec brio sur le devant de la scène en 1970 avec « Morrison Hôtel », un album très blues qui ravit les « bikers », notamment la chanson culte « Roadhouse blues ».

Les Doors enregistrent ensuite « La Woman » où Jim apparaît vieilli, épuisé par ces quatre années de folie furieuse entre rock, sexe et défonce. Avant même que paraisse l'album en 1971, Jim s'envole pour la France en 1971 avec Pamela. A Paris, il se lie d'amitié avec Jacques Demy et Agnès Varda, et essaye de vivre plus paisiblement dans l'anonymat. Mais Morrison ne peut plus arrêter la machine auto-destructrice dans laquelle il s'est jeté et on le retrouve mort à 27 ans dans sa baignoire, le 3 juillet 1971.  (Enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris), devenu depuis un véritable mythe, une légende vivante de rockeur et poète maudit qui a laissé un héritage inestimable au rock&roll.

PERE LACHAISE DECEMBRE 2006 LA TOMBE DE JIM AU MILIEU DE CELLE DE MOLIERE, BALZAC, OSCAR WILDE, VERLAINE, RIMBAUT, VICTOR HUGO,A.DAUDET,GUILLAUME APOLLINAIRE,LA FONTAINE,PROUST,ALFRED DE MUSSET ET TOUS LES GRANDS DU PARTHENON DES POETES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES CLIPS VIDEO DE LEURS MEILLEURES CHANSONS:

4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 13:58

 Dans cette seconde partie des géants de la musique les clips vidéo sont orientés sur les groupes des années 70 :

Si les Beatles ou les rolling stone sont les plus populaires en cette période, quoi que pour les Beatles l’avenir en commun ne va pas durer, les rolling stone perpétuent la légende encore de nos jours. 

 Mais comment ne pas citer ces groupes qui ont élevé la musique au sommet de son art :

Blues Brothers, Deep Purple, Pink Floyd, Led Zeppelin. Bien sur ! Il y en a beaucoup d’autres comme Aerosmith, ACDC, Kiss ou bien T Rex le groupe de Marc Bolan, mais qui se rappelle d’eux et leurs succès à été éphémères.

Dans la 3e partie nous consacrerons les artistes de la fin des années 50/60 ceux qui ont donné leurs titres de noblesse au Rock & Roll. Les Bill Haley, Chuck Berry et autres Elvis.   

 

 

A la suite des vidéo clips un reportage sur la concentre de Faro au Portugal.