Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis Je ?

  • : FREE RIDERS DU 06
  • : Infos culture Nice Cote d'Azur , balades et voyages en moto pour visiter un lieu, une région, un pays. Visite touristique de la Cote d'Azur et de la Riviera, des Alpes Maritimes, de l'Italie, des USA, du Maroc en Harley Davidson, de l'Asie.
  • Contact

NEWS & PROGRAMME

VOUS VOULEZ
PARLEZ
AU WEBMASTER

riderfree@orange.fr
 
biker06 est support
de la LRLN

51181562 p
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 09:10

On continue mes balades hivernales et toujours au mois de janvier, cette fois ci je vous emmène à Antibes Juan les pins en compagnie de mes amis les écureuils.

 

Tout à la fois ville-musée, ville-spectacle et ville-novatrice, elle mélange avec aisance ses contrastes et ses multiples facettes.

Juan les Pins est la partie la plus animée, voire agitée, de la ville. Les noctambules s'y bousculent l'été entre spectacles de rues, boîtes de nuit, casino et même shopping nocturne...Antibes reste plus sage avec de nombreux restaurants, cafés théâtre, pianos bars, hôtels chics et clubs privés.

Le Cap d'Antibes est un petit coin de paradis que vous pouvez découvrir grâce à un sentier balisé qui longe la côte et vous promène au sein de cet immense parc prestigieusement entretenu. Il abrite aussi châteaux et demeures de rêves ; le célèbre "Eden Roc", réputé pour être le plus bel hôtel du monde est situé ici, à la pointe du Cap.
CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR CONTINUER LA BALADE

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:00


Comprendre l’histoire de Nice est très complexe et longue à la fois,
cela a produit une identité particulière, qui se maintient toujours aujourd'hui (la Nissartitude). Ce qui a fait longtemps la valeur de Nice et de sa région, ce fut sa position stratégique, à la fois débouché maritime et gardienne des passages alpins méridionaux. Alors tour à tour, Nice après avoir fait partie des comtes de Provence est devenu Savoyarde, puis piémontaise et Sarde avant d’être indexé à la France pour des raisons politiques et toujours stategiques. Même nous, Niçois de souche nous avons du mal  à connaître tous les aboutissants de cette complexité. C’est pour cela que n’étant pas historien, je vous raconterais quelques histoires diverses sur le comté sans être précis chronologiquement.













 

 



Le livre de Barelli et Rocca est une source d'information importante sur l'histoire du comté


De tout temps, la France et son empire à toujours voulu conquérir le comté de Nice, Qu’il fasse parti de la maison de Savoie ou bien du Royaume de Piémont Sardaigne, les rois de France voulaient s’accaparer ce territoire au détriment de la population locale.

Vous avez pu vous rendre compte combien, il était difficile de soumettre le peuple Niçois dans mes précédent articles.
Dessin de Nice et de son chateau. On peut voir la banniere Savoyarde

François 1er se cassa les dents sur la forteresse Nissarde, pourtant celui-ci c’était allié aux terribles barbares Turcs de Soliman le magnifique et de Barberousse qui faisaient trembler l’Europe entière. Mais c’était sans compter sur Catherine Segurane la Jeanne Hachette Niçoise qui redonnera la force aux défenseurs de la liberté de sauver leur ville. Comme pour Alamo cela permit à Charles Quint de reunir une armée importante pour contrecarrer les plans du dictateur.
























Catarina Segurana l'eroina Nissarda qui mit les turcs en deroute


Plus tard c’est Louis XIV qui assiégera la ville et qui fera assassiner Catherine Ribauda la martyre. Mais les Niçois résistent toujours et defendent leur ville jusqu'a la mort. Le petit Naboleon n’aura pas plus de succès et se cassera lui aussi l’échine tout comme beaucoup plus tard les allemands* pendant la guerre de 39/45 qui devront fuir les murs de la cité héroïque, non pas parce que les Américains et le débarquement de Provence était imminent, mais parce que les valeureux villageois de la cité Azureenne se sont libérés tout seul de l’oppresseur. Nice est la seule grande ville de « France » qui n’a pas eu besoin des yankees pour se libérer. Autant vous dire que tous les dictateurs n’ont jamais eu la partie facile avec le peuple Niçois, les Fascistes Italiens de Mussolini doivent encore s’en souvenir eux qui voulaient faire une Nice italienne !
Dessin de Nice: la mer et le paillon

Mais que dire de ceux qui combattaient pour la république, qui ont fait la révolution Française sous prétexte de la liberté en voulant soumettre un autre peuple à leur Tyrannie !

Ceux la se sont vus opposés devant eux, une milice Niçoise qui c’est appelé « Les Barbets » Pour les Français, c’étaient des brigands, pour le peuple Niçois : des héros  et des patriotes !
     

Livre sur les Barbets et Garibaldi ce heros Niçois

Né spontanément en réaction aux exactions des troupes françaises, le mouvement des barbets est un mouvement d'opposition à l’intégration du Comté de Nice à la France révolutionnaire. Ces derniers s’opposent à l’occupation des troupes de la Révolution française. Le 29 septembre 1792, le général français d’Anselme entre dans la ville de Nice et y installe une administration provisoire. Le 12 octobre, le général entreprend la conquête de l’arrière-pays. Cependant, très vite, l’opinion générale va se retourner contre les Français en raison des réquisitions, pillages et exactions commises par les troupes de la nouvelle république.
la riviere paillon qui passe au pied du rocher

En réaction à ces évènements des milices irrégulières se constituent, Les barbets viennent de naître ; ils vont pratiquer le coup de main, l’embuscade, le harcèlement et des attentats contre les troupes françaises. Au mois de mai 1794, tout le Comté de Nice est occupé par les français . Au même moment, la tentative de déchristianisation du département est à son comble, ce qui explique aussi la recrudescence des barbets très attachés au catholicisme. Le 9 mai 1800, suite à des revers français subis face aux Autrichiens en
Italie, Nice et son arrière-pays repassent, sous autorité Sarde. Les barbets vont commettre alors, à leur tour, des excès contre les soldats français. Beaucoup en profitent pour régler des comptes et accomplir des vengeances qui seront mal perçu par la population qui préfèrent apaiser les hostilités. (Voir plus loin le saut des Français)

















Les Barbets l'armée Niçoise de l'ombre

Au début de l’année 1814, des mécontentements sociaux dus aux guerres incessantes et à la pauvreté économique du département entraînent un sursaut de violence confortée par l’abdication de Napoléon Ier. Le calme revient, à la fin avril, avec l’entrée à Nice de l’armée Sarde. Une lettre du 16 mai 1814, émanant des autorités Sardes, interdit aux barbets toutes manifestations guerrières ou de violences. Par le traité de Paris du 30 mai 1814, le roi Victor-Emmanuel Ier reprend possession du Comté de Nice. À cette date les barbets cessent d’exister.

Convoi de Barbets sur la route du sel dans la vallée de la Vésubie

En 1690, on trouve les premiers « Barbets » luttant contre l’armée de Louis XIV qui envahissent le Comté. Entre 1744 et 1748, dans les vallées, lors des guerres Gallispanes, ils luttent de nouveau contre l’envahisseur français. En 1792, ce terme est repris. On peut supposer que ces hommes, souvent barbus, faute de pouvoir se raser dans les bois, les cavernes ou les abris de fortune, aient été assimilés par leurs détracteurs aux chiens de nos bergers, à poils longs, qui étaient dits de race « Barbet ».

Le phénomène barbet touche essentiellement le Moyen et Haut Pays. Les barbets sont en très forte majorité des adultes (35-40 ans)












Les barbets se regroupaient par bandes organisées ; ils y désignaient un chef, » lou capou » qui se distingue par sa connaissance du terrain, par sa bravoure et sa ruse, par son rayonnement et son sens des relations avec les bandes voisines. Le nombre des barbets y est variable, allant de quelques individus à une trentaine le plus souvent, mais jusqu’à plus de 200 suivant les lieux et les occasions. Les femmes ont joué un rôle important dans ces affrontements. Leur soutien moral et matériel est
incontestable.













Elles participent d’abord au ravitaillement. Elles épaulent les barbets, les stimulent, aident à l’organisation des bandes, aux rencontres mais surtout elles espionnent partout et transmettent aussitôt les renseignements. Quelques-unes ont aussi suivi « leur homme » et ont participé aux attaques armes à la main, certaines participent activement aux actions de représailles contre les représentants du parti français. Certaines sont aussi Connu que Catarina Segurane la jeanne Hachette Niçoise, Maria Cristini et Anna Maria Lantieri de Gorbio font parties de ceux la ! Ce sont de grandes Heroines Nicoises pour la liberté.

L’attitude des barbets est à bien des égards celle que nous retrouvons de tout temps dans les populations civiles lors des invasions et de l'asservissement d'un peuple. Les grandeurs et les bassesses humaines s’y expriment pleinement. Il est une certaine similitude de situation entre cet épisode et celui d’une autre période d’occupation, lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est ainsi qu’ont pu être considérés les Résistants. 

 











le siege de Nice par 120 galeres Franco/Turques


Dans les livres d’histoire Français, on c’est bien gardé de raconter ces épisodes douloureux car le plus souvent les soldats Français ont essuyé la honte de la défaite et de leurs méfaits et atrocités face au peuple Niçois. Quelques fois, ceux que l’on appelle « terroriste ou rebelle » ne sont pas toujours du coté que l’on croit ! Les combattants de la liberté peuvent être en face.

La morale de l’histoire ? Il ne faut pas croire tout ce que dit votre président. La liberté ce gagne par la résistance à l’oppresseur. Même encore de nos jours nous devons nous souvenirs du combat qu’ont mené nos parents et qui ont contribué à nos libertés et à nos acquis sociaux. Le notre pourrait ressurgir !
À la sortie du village de Duranus sur les hauteur de Nice se trouve « le Saut des Français », haut-lieu de la résistance des barbets contre l'occupation du comté de Nice par les troupes françaises de la Révolution : les soldats français étaient précipités du haut de cette falaise de 300 m dans la Vésubie en contre-bas.
Maintenant ! les ennemis de hier sont les amis d'aujourd'hui.La France est notre patrie.

 
*Le 28 Aout 1944 ,dés 6 heures du matin,la résistance Niçoise attaque les forces allemandes d'occupation. Avec un armement insuffisant, elle s'empare des principaux points névralgiques de Nice: La poste Thiers, la Mairie, la prefecture, la gare, les casernes. Les combats font rage dans les quartiers Gambetta,Garibaldi et saint Roch. Les points d'appui allemands tombent aux mains des insurgés. Les allemands fuient vers l'Italie et pour la énieme fois les habitants délivrent eux memes leur ville. Les troupes Americaines arrivent dans une ville déja libéré.

19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 07:20

L'histoire s'articule autour d'un motel routier situé à Bagdad, ville fantôme dans le désert de Mojave, au bord de la célèbre Route 66. Un assortiment de personnages pittoresques donne vie à ce café jusqu'à l'arrivée d'une touriste allemande égarée, Jasmine, qui va peu à peu en transformer l'ambiance et les personnalités.

Le véritable Bagdad Café, autrefois appelé Sidewinder Café, existe non loin du village fantôme de Bagdad (aujourd'hui totalement disparu) et reçoit chaque année la visite de nombreux fans nostalgiques.

Andrea la propriétaire des lieux qui à participé au film en compagnie de son mari (le biker dans le film) sera ravi d’accueillir des Free Riders Niçois surtout que le club de la cote d’Azur est devenu lui aussi un mythe dans le café.
CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR CONTINUER LE REPORTAGE