Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Suis Je ?

  • : FREE RIDERS DU 06
  • : Infos culture Nice Cote d'Azur , balades et voyages en moto pour visiter un lieu, une région, un pays. Visite touristique de la Cote d'Azur et de la Riviera, des Alpes Maritimes, de l'Italie, des USA, du Maroc en Harley Davidson, de l'Asie.
  • Contact

NEWS & PROGRAMME

VOUS VOULEZ
PARLEZ
AU WEBMASTER

riderfree@orange.fr

 

biker06 est support
de la LRLN

51181562 p

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 09:10

La musique sous acide des Doors a marqué pour toujours l'histoire du rock, avec des textes à la fois sombres et controversés ainsi que des mélodies intenses, profondes et souvent proches d'une transe infinie. Mais c'est surtout la personnalité  du chanteur Jim Morrison, qui a donné au groupe cette dimension à la fois poétique, expérimentale, violente, et désespérément torturée.

Jim Morrison est né le 8 décembre 1943 à Melbourne, en Floride. Avec un père militaire, Jimmy déménage souvent et séjourne notamment à San Francisco où il baigne dans le milieu beatnik, (contre-culture américaine qui a influencé le mouvement hippie voire le punk) et découvre les grands poètes de la Beat Génération : Jack Kerouac (notamment son ouvrage phare, « Sur La Route »). Morrison est par ailleurs un féru de littérature comme de poésie et connaît par coeur « Une Saison en Enfer » de Rimbaud.

Mais Jimmy n'est pas seulement un grand lecteur de poèmes, il en écrit aussi beaucoup lui-même, jetant dans ses carnets une multitude de textes exprimant les contradictions très fortes qui forment sa personnalité. Dès l'enfance, Jimmy est un garçon provocateur, en opposition systématique avec l'autorité, ce qui ne s'arrange pas à l'adolescence où il peut faire preuve d'une élégance rare pour ensuite devenir l'instant d'après vulgaire, pervers et agressif. Cette dichotomie profonde (proche de la schizophrénie et doublement accentué pour les drogues et l'alcool) entre un Morrison cultivé et raffiné et un Morrison salace, obsédé sexuel  poursuivra le chanteur jusqu'à sa mort et sera en partie responsable de la chute des Doors en 1970, voire de la fin sordide de Jim tout en étant à l'origine du génie que l'on peut retrouver dans plusieurs chansons du groupe.

Après avoir débuté ses études universitaires en Floride, Jim s'en va sur la Côté Ouest qu'il affectionne particulièrement pour continuer des études de cinéma. Il s'inscrit à l'UCLA (Université de Los Angeles) et se fait remarquer avec un projet filmé de fin d'études choquant pour l'époque où Jim aborde ses thèmes chéris, la mort, le sexe, la violence, poussant toujours plus loin les limites de l'insupportable.  

C'est à cette époque en 1965, sur une plage de Vénice, Californie, que se décide le destin des Doors. Ray Manzarek, le futur clavier du groupe, qui est lui-aussi à l'UCLA connaît déjà Jim, et le trouve assis en plein trip sur cette plage, un de ses carnets à la main. Manzarek lui demande alors de lui lire certains de ses textes, et Jim se met à réciter « Moonlight Drive », un texte que l'on retrouvera dans l'un des albums des Doors, « Strange Days ». Manzarek est conquis, et propose au jeune-homme de fonder un groupe de rock avec lui.


Le groupe(Jim,Ray,Robbie& John) débute sur scène dans un pub, le London Fog où, après avoir réussi à dominer sa timidité, Morrison enflamme déjà les foules (les filles surtout) avec un jeu de scène complètement débridé. Après s'être rôdé quelques temps, les Doors réussissent à obtenir trois mois de concert dans le prestigieux Whisky A Go-Go sur le Sunset Boulevard.  C'est à cette époque que Morrison fait la connaissance de celle qui deviendra sa muse pour l'éternité, Pamela Courson.

Pour la composition de leur premier album, les Doors travaillent avec le producteur Paul Rothschild, qui, avec l'ingénieur du son Bruce Botnick, sera le seul à même de canaliser les délires et coups de folie de Jim qui transformera souvent les séances de studio en véritable enfer. En 1967 paraît le premier album des Doors, qui par le bouche à oreille, finit par faire un triomphe. Pendant ce temps, Jim Morrison devient un véritable sex-symbol. Courtisé par le célèbre Andy Warhol, le chanteur tout en cuir construit son personnage de « Roi Lézard » sexy et brûlant et devient très rapidement une véritable icône. En 1968, les Doors sortent un nouvel opus, « Strange Days » qui atteint les sommets de la créativité et du génie à la fois musical et poétique du groupe.

Mais à force d'enchaîner drogues et surtout l'alcool qui le rend à moitié dingue et le dote d'une perversité sans bornes, Jim se contrôle de moins en moins, et la qualité artistique s'en ressent, « Waiting for the Sun » et « Soft Parade » n'atteignant pas la beauté sombre et vénéneuse des deux albums précédents. La catastrophe survient lors d'un concert à Miami en 1969 où Morrison est accusé de dévoiler ses parties intimes. Le groupe est alors porté au pilori, traîné dans la boue, et Morrison se retrouve en procès.

Bouffi par l'alcool, désabusé par un univers rock dans lequel il ne se reconnaît pas, lui dont le rêve suprême est d'être avant tout poète (il publiera d'ailleurs ses poèmes dans un recueil, « Seigneurs et nouvelles créatures »  Morrison change de peau et troque le Roi Lézard contre un nouveau personnage de « biker » (motard) gras et barbu. Malgré le déclin de leur succès comme de leur chanteur, les Doors reviennent avec brio sur le devant de la scène en 1970 avec « Morrison Hôtel », un album très blues qui ravit les « bikers », notamment la chanson culte « Roadhouse blues ».

Les Doors enregistrent ensuite « La Woman » où Jim apparaît vieilli, épuisé par ces quatre années de folie furieuse entre rock, sexe et défonce. Avant même que paraisse l'album en 1971, Jim s'envole pour la France en 1971 avec Pamela. A Paris, il se lie d'amitié avec Jacques Demy et Agnès Varda, et essaye de vivre plus paisiblement dans l'anonymat. Mais Morrison ne peut plus arrêter la machine auto-destructrice dans laquelle il s'est jeté et on le retrouve mort à 27 ans dans sa baignoire, le 3 juillet 1971.  (Enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris), devenu depuis un véritable mythe, une légende vivante de rockeur et poète maudit qui a laissé un héritage inestimable au rock&roll.

PERE LACHAISE DECEMBRE 2006 LA TOMBE DE JIM AU MILIEU DE CELLE DE MOLIERE, BALZAC, OSCAR WILDE, VERLAINE, RIMBAUT, VICTOR HUGO,A.DAUDET,GUILLAUME APOLLINAIRE,LA FONTAINE,PROUST,ALFRED DE MUSSET ET TOUS LES GRANDS DU PARTHENON DES POETES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES CLIPS VIDEO DE LEURS MEILLEURES CHANSONS:

4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 13:58

 Dans cette seconde partie des géants de la musique les clips vidéo sont orientés sur les groupes des années 70 :

Si les Beatles ou les rolling stone sont les plus populaires en cette période, quoi que pour les Beatles l’avenir en commun ne va pas durer, les rolling stone perpétuent la légende encore de nos jours. 

 Mais comment ne pas citer ces groupes qui ont élevé la musique au sommet de son art :

Blues Brothers, Deep Purple, Pink Floyd, Led Zeppelin. Bien sur ! Il y en a beaucoup d’autres comme Aerosmith, ACDC, Kiss ou bien T Rex le groupe de Marc Bolan, mais qui se rappelle d’eux et leurs succès à été éphémères.

Dans la 3e partie nous consacrerons les artistes de la fin des années 50/60 ceux qui ont donné leurs titres de noblesse au Rock & Roll. Les Bill Haley, Chuck Berry et autres Elvis.   

 

 

A la suite des vidéo clips un reportage sur la concentre de Faro au Portugal.

 

 
 
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 13:14

FARO 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un nombre important de concentrations motos se réalise chaque année aux quatre coins de l’Europe.

  Si beaucoup d’entre elles sont pour la plupart des rassemblements familiaux, certaines ont connu une notoriété internationale.

 

 

 

 

 

 

On se souviendra longtemps du free Wheels en auvergne ou du Kent en Angleterre pour les amateurs de Harley Davidson.

D’autres préféreront les « Eléphants » dans la Foret Bavaroise en plein mois de Janvier / Février ou bien le Tourist Trophy sur l’ile de Man au large du Pays de Galles.

Si l’european Bike Week de Faaker See fait les beaux jours de tous les bikers de la vieille Europe ; Une autre concentration mérite le détour.

Celle-ci se trouve en Algarve (Portugal) dans la jolie station balnéaire de Faro et les organisateurs de ce rallye en sont déjà à leur 25eme  RDV.

Si ! Les magasines spécialisés comme « Freeway » ou « Wild » ne parlent pas souvent de cette concentre, c’est peut-être du à son éloignement stratégique et qu’ils préfèrent consacrer plus de publicité à des rally organisé par la maison mère (Hog, Faak) car cela leurs rapportent plus ?

Comme pour la plupart du temps ce rassemblement a été à l’initiative d’une bande de copains qui se sont constitués en club dés 1982 pour engendrer l’un des plus grand meeting européen (on parle de 30000 bécanes) Sans être un chapitre du HOG , car ce club est toutes motos confondus , et que le motards Portugais ne roulent pas sur l’or, ils comptent actuellement 450 membres.

 

La fête est totale et les animations multiples et très débridés pendant ce mois de juillet. Le public est chaud et les filles sont bouillantes. Nous sommes à des années lumières de notre France morose et acariâtre qui empêche tout le monde de s’amuser librement.

Comme pour la bike week de Balaton (Hongrie), on n’a pas lésiné pas sur une tète d’affiche en concert et on a fait venir Deep Purple et d’autres très bon groupes en 2006.

  VOIR LE SITE